La Société Makivik estime que le projet de loi sur les langues autochtones est loin d’être parfait et continuera à faire pression pour que des dispositions protègent expressément l’inuktitut