La Société Makivik est choquée d’apprendre l’existence d’une base de données et d’un article du journal La Presse listant le décès de jeunes Autochtones au Québec